NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

Des élections régionales historiques en Nord-Pas-de-Calais-Picardie – Bilan dans l'Arrageois

8 - Philippe Rapeneau : "Nous devons être des facilitateurs pour le monde de l’entreprise"


Philippe Rapeneau est devenu, le 4 janvier dernier, le 4e vice-président du Conseil Régional au côté de Xavier Bertrand. Il sera en charge du développement durable, de la troisième révolution industrielle et de la transition énergétique. Pour arrageois.info, il est revenu sur ces élections régionales et sur ses différents objectifs.

Près de deux mois après le résultat des régionales, comment avez-vous analysé ces résultats ?
Le bilan est positif. Le candidat que je soutenais et la liste pour lequel je participais ont remporté cette élection, mais il est vrai, dans des conditions particulières. Le mode de scrutin faisait qu’il y a eu un choix, que je salue, de Monsieur De Saintignon pour assurer notre élection au deuxième tour. À nous dans notre travail, dans notre quotidien, de ne pas oublier les conditions dans lequel nous avons été élus. De ce côté-là, Xavier Bertrand l’a bien précisé.

Êtes-vous encore marqué par ce qu’il s’est passé ?
Oui. Vous savez, je suis conseiller régional depuis pas mal d’années. Je l’ai été notamment en tant que président d’un groupe d’opposition. Donc je les ai vécus un peu différemment que d’autres. Je me suis engagé dans cette campagne avec, à mon sens, le meilleur candidat possible. J’étais dans une logique pour que nous gagnions, avec notre liste, cette élection. Je n’avais pas de doute, et c’était un résultat que j’attendais ! J’ai savouré cette victoire. Cela fait plusieurs semaines désormais que nous siégeons au Conseil Régional. Nous commençons seulement à entrer dans le vif du sujet. Désormais, je suis dans un rôle de vice-président avec beaucoup de responsabilités, dans des domaines qui m’intéressent tout particulièrement. Je suis encore dans la construction, et cela durera pendant plusieurs mois.

Ce rôle de vice-président chargé du développement durable, de la troisième révolution industrielle et de la transition énergétique est un rôle essentiel aujourd’hui, selon vous ?
Il n’y a pas de délégation qui prime par rapport à d’autres. Chaque sujet est important. La seule différence, c’est sa transversalité. La transition énergétique touche le monde économique, les territoires, notre patrimoine… La troisième révolution industrielle a eu les mêmes conséquences de transversalité, et nous devons être des facilitateurs pour le monde de l’entreprise. Il faut tout faire dans ce sens afin d’accéder à un Nouveau Monde économique : la transition énergétique, l’usage du numérique, sans oublier les sujets environnementaux. Ce sont des domaines où j’ai été particulièrement engagé, soit en tant que conseiller régional, soit par président d’intercommunalité, ou de la communauté urbaine. Je suis dans un domaine qui me plait, qui m’intéresse, qui touche aux aspects de la ruralité et aux espaces naturels.

Le Canal Seine Nord, le considérez-vous comme le « projet du XXIe siècle » ?
Oui, ça parle aux gens ! C’est un canal, nous le visualisons, nous le comprenons et on essaye d’imaginer tout ce qu’il peut y avoir autour. Mais j’ai d’autres sujets, comme retravailler le schéma de cohérence écologique pour la grande région Nord-Pas-de-Calais Picardie. Il faut bien partir de choses structurantes. Ce qui m’intéresse, c’est la mise en œuvre, le développement économique du territoire. Mon objectif : amener de l’emploi et être un facilitateur en direction du monde économique. Le partenariat avec la chambre régionale de commerce, d’industrie et de service est important.

Le territoire de l’Arrageois est très bien représenté. Comment utiliser cette force ?
Alors bien sûr il y a des synergies, et l’expérience territoriale va me servir à la région, et vice-versa. Je suis vice-président pour avant tout l’ensemble de la grande région. Je ne vais pas travailler uniquement sur mon territoire, ça, c’est clair.
Maintenant qu’il y ait ce rapport direct avec le territoire où j’y ai fait des choses ne peut que servir. Ce sont dans des domaines que j’affectionne.
 


Votre avis


Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

1 - Le contexte

Les élections régionales de décembre 2015 pour la toute nouvelle région Nord-Pas-de-Calais Picardie ont marqué les esprits. D’abord, ce sont les premi&egrav ...

2 – Des résultats historiques

 Au soir du 1er tour, le 6 décembre 2015, le Front National et le Mouvement Bleu Marine réalisent un score historique au niveau national : 28% des votes, devant la droite (27%) e ...

3 – La gauche tente de digérer son échec, « C’est un immense gâchis », estime Patrick Kanner

L\'alliance de la gauche au second tour avait été la principale raison de la victoire aux élections régionales de 2010. À l’issue du premier tour, largement ...

4 – Dans l’Arrageois : un Front National qui ne cesse de progresser

 Le territoire de l’Arrageois n’a pas fait exception : lui aussi a vu le Front National très largement en tête au premier tour. Des scores très impressionn ...

5 – L’Arrageois très bien représenté au sein du nouveau Conseil Régional

 Ils sont 8 élus du territoire à faire partie de ce tout nouveau conseil général depuis le 4 janvier dernier. Parmi eux, le maire d’Arras Frédér ...

6 – Quelles conséquences pour la suite ?

Ces élections régionales révèlent une tendance : le mouvement de Marine Le Pen se développe, s’organise, et se montre en constante progression sur les deux ...

7 – Le Canal Seine Nord : le premier gros dossier de l’équipe de Xavier Bertrand

 Depuis 1993, ce projet était dans les esprits. Comment présenter ce chantier ?
Une liaison à grand gabarit entre le port du Havre jusqu’au Benelux, d’ ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais