NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


En poursuivant votre navigation sur ce site vous devez accepter l'utilisation et l'écriture de coockies sur votre appareil connecté. Ces coockies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connection. En savoir plus

J'accepte

Le Dossier

Le développement économique de l'arrageois

5 - Ces entrepreneurs qui n’ont pas peur de se lancer

Lecture zen Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !

Ecouter :

 Émeraude Lamiet, fondatrice de "L\'homme a vu l\'Ours"


Des personnes passionnées : c’est avant tout avec cette philosophie que les jeunes du territoire se lancent dans l’entrepenariat.

Au sein du réseau initiative, il y a forcément des dossiers qui ont le mérite d’être soutenus «  On a envie de leur donner de l’énergie pour qu’ils réussissent. Il y a des personnes attachantes, puisqu’il y a une vraie démarche. Je me souviens de ces deux créatrices qui ont eu une reconversion professionnelle : l’une était dans le commerce pur, avec une entreprise de crédit à la consommation, tandis que l’autre était assistante-avocate. Aujourd’hui, elles sont dans la restauration. Vous me direz : c’est classique (rires). Mais leur métier, traiteur à domicile avec une vraie démarche environnementale, 0 déchet, que des producteurs locaux donc circuit court, que du fait maison…. Elles ont repris l’une et l’autre des cours de cuisine, avec toutes deux un bac + 2 bac+5 : tout était construit ».

C’est le cas aussi, d’Émeraude Lamiet, jeune chef d’entreprise de 27 ans. Communicante de talent, Major de promo dans la catégorie « Agence de communication » elle a multiplié les expériences au sein de grandes agences de communication. Un parcours simple pour commencer, « J’étais salariée auparavant, dans une boite de communication à Arras. C’était une chouette aventure, stimulant aussi. Mais en complément, j’avais créé une autoentreprise, car mon rêve a toujours été d’avoir ma propre agence de publicité et de conseil en communication. On est assez flexible avec cette autoentreprise : cela permet de se construire assez rapidement avec très peu de moyens. Quelque temps après sa création, le succès m’a un peu dépassé (rires). De fil en anguille j’ai eu de plus en plus de clients, notamment dans la communication institutionnelle. C’est seulement à partir de là que j’ai créé une autre structure, beaucoup plus complète (« L’homme a vu l’Ours »), qui me permet de vivre aujourd’hui de ma passion.

Un risque certes, pour quelqu’un qui est arrivé tout récemment dans le monde du travail, « Ça dépend en fait. Nous pouvons parler de risque quand nous voyons, quand on sait, qu’il y a beaucoup de choses à faire. C’est pour cela que j’ai gardé finalement mon statut de salariée dans ma boite arrageoise, c’était moins dangereux. J’ai pu de là tester mon projet, mes business-plan, et si cela fonctionne … J’ai fait de cette manière pendant un an, et dans mon cas, c’était tout bénef’ finalement. C’est ce que j’ai fait, en me lançant directement dans l’entreprenariat. »

Et pour ce qui est de son âge, de cette prise de risque, elle répond sans hésiter « Quand on est jeune, il faut bâtir ses rêves et ne pas attendre que les choses viennent à vous. Quand on a 35, 40 ans, il y a un peu plus de risque à entreprendre, car on a une famille. L’entreprenariat n’est pas un souci, bien au contraire. Il n’y a que du bénéfice Il n’y a pas d’âge ! Il y a que des opportunités. »


Votre avis


Veuillez patienter le temps que l'image s'affiche...
Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

1 - L'Arrageois : un territoire exemplaire

Le ralentissement économique depuis la crise de 2008 est un frein pour le développement économique de nos territoires. Aujourd’hui, les entreprises se méfient, se ...

2 - BPI France : l’accélérateur

 La Banque Publique d’Investissement a débarqué dans l’hexagone sous cette forme le 31 décembre 2012, avec l’appui à l’époque du gouv ...

3 - Au niveau local : Initiative Grand Arras est l’un des précurseurs dans la région pour aider les entreprises du territoire (1/2)

Au lendemain de la création de la Communauté Urbaine d’Arras et afin de réveiller la belle endormie arrageoise, la structure d’Initiative Grand Arras voit le jour e ...

4 - (VIDÉO) Au niveau local : Initiative Grand Arras est l’un des précurseurs dans la région pour aider les entreprises du territoire (2/2)

Comment dès lors, procède-t-on du côté de l’association ? Première étape : le montage d’un dossier à travers un business plan, une &eacut ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais