NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


En poursuivant votre navigation sur ce site vous devez accepter l'utilisation et l'écriture de coockies sur votre appareil connecté. Ces coockies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connection. En savoir plus

J'accepte

Le Dossier

Arras : La ville endormie a désormais les yeux grands ouverts

5 - La place des Héros aux piétons : une révolution


Ces chantiers, lancés par Jean-Marie Vanlerenberghe, se poursuivent encore et toujours avec ce qui va totalement séduire et changer l’image du cœur d’Arras : les travaux d'aménagement et de rénovation de la place des Héros.

Un chantier colossal de dix mois, où il sera essentiellement question de scier les pavés, et de les remettre à niveau, excepté sur le terre-plein central où les moins bombés seront conservés, « Un maire, c’est quelqu’un qui façonne la ville. Je ne pense pas que la place de l’habitant au coeur de sa ville était important pour Léon Fatous, tandis que Jean-Marie Vanlerenberghe a eu lui l’ambition d’associer les habitants au changement de la ville, analyse Frédéric Leturque. J’ai hérité de ce gêne-là. Je suis très attaché à ce que les résidents aient leur place dans les projets que nous portons ». D’une ville timide, Arras est devenue très active, pleine de vie l’été comme l'hiver (voir par ailleurs). Une ville où les terrasses piétonnes sont bondées, dans laquelle les jeunes prennent un rafraichissement dans les bars de la place des Héros au sortir des salles de classe. Tout compte fait, certains n’avaient peut-être pas conscience de la chance qu’ils avaient de vivre dans une ville aussi belle.

Jean-Marie Prestaux le confirme, « Dans le domaine de l’image il n’y a rien de pire qu’une image qui n’est pas vraie. Il faut que sur le plan de l’offre, la qualité corresponde à l’image ». Le maire actuel, Frédéric Leturque (en place depuis 2011, et réélu en 2014 ndrl), poursuit donc l’opération séduction de la ville. « La ville est jeune, la population est jeune : l’université doit être au coeur de nos prochaines préoccupations. Je veux que les jeunes s’épanouissent, se promènent avec plaisir dans les rues, envahissent les places : qu’ils ne prennent pas la voiture pour se rendre à Lille alors qu’ils ont tout ici. Il faut qu’il y ait cet esprit de famille : se dire que l’on est de la même équipe ».


Votre avis


Veuillez patienter le temps que l'image s'affiche...
Web tv

Vidéos associées

Pas de vidéo pour cet article

Lire aussi

1 - Une Histoire d'Arras

C’est un après-midi d’automne, comme il y en a eu d’autres. Celui-ci veut bien se distinguer : le soleil surplombe le ciel bleu artésien ...

2 - Les Trente Glorieuses d’Arras, avec à sa tête Guy Mollet

La guerre terminée, c’est un professeur d’anglais au collège, socialiste, qui sera élu maire en mai 1945 : Guy Mollet. Une figure embl& ...

3 - Léon Fatous, l’Arrageois

Il est un Arrageois pur souche, de parents et grands-parents originaires de Dainville : Léon Fatous était le premier adjoint de Guy Mollet, qui dé ...

4 - Jean-Marie Prestaux, Jean Marie Vanlerenberghe et Frédéric Leturque : trois noms, et un changement de dimension

Arras depuis l’après-guerre a donc vécu avec deux maires provenant du parti socialiste pendant près de 50 ans. Le moment choisi pour que, en ...

6 - L’ASSEMCA : le premier protecteur du patrimoine de la ville

Depuis 1975, l’ASSEMCA (Association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Centre d’Arras) veille sur le patrimoine architectural comme nous le raconte ...

7 - Main Square et l’Arras Film Festival : Lumières sur la ville

Dans la folie populaire de ce mois de juillet, ils sont des dizaines de milliers à se diriger vers la ville pour écouter les têtes d’affiche d ...

8 - Les carrières Wellington : une histoire peu commune sous les entrailles de la ville

Ce monument, qui a vu le jour en 2007, raconte l’histoire des troupes britanniques, retranchées dans ces carrières à 20 mètres sous ...

9 - Le beffroi d’Arras : monument préféré des Français 2015

C’est un succès qui en a surpris plus d’un : au début de l’été la ville confirme sa participation au concours organis&eacu ...

10 - Un maire omniprésent

Frédéric Leturque est un Arrageois de naissance. Après des études en marketing communication d’entreprise, puis en communication ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais