NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Le Dossier

Arras : La ville endormie a désormais les yeux grands ouverts

7 - Main Square et l’Arras Film Festival : Lumières sur la ville


Dans la folie populaire de ce mois de juillet, ils sont des dizaines de milliers à se diriger vers la ville pour écouter les têtes d’affiche du Main Square Festival, devenu depuis 2004 un événement musical majeur France.

Ce pari fou, la ville d’Arras l’a saisi en y ajoutant le terme Main Square, Grand place en français, pour proposer un concert grandeur en plein cœur de la ville, sur ... la Grand Place. « Le Main Square a été pour le coup un formidable coup de projecteur. Au début, tout le monde se demandait où était située la ville. Désormais elle est dans leurs habitudes. » déclare Jean-Marie Prestaux. D’une simple scène de concert sur laquelle Placébo, Kyo, et Sum 41 assurent la vedette, l’événement prend une ampleur inconsidérée avec l’apport de France Leduc Production en faisant venir pour la première édition en 2006 deux groupes de renommée internationale : Muse et Depeche Mode.
Résultat : une affluence exceptionnelle de 45 000 personnes, soit l’équivalent de la population de la ville, réunie dans un cadre inédit en plein centre-ville.

À l’étroit, il faut désormais voir plus grand
Libérée par le 601e régiment de circulation routière, la Citadelle d’Arras est immédiatement privilégiée pour l’édition 2010. La fréquentation est multipliée par deux et les artistes sont impressionnés par le cadre : « Quel changement ! Ce site est magnifique », dira Lenny Kravitz, sur scène en 2015. Le tout, indirectement est bénéfique pour la ville : « Aujourd’hui, ce sont les jeunes qui investissent la ville, rapporte Alain Nolibos. Pour le Main Square Festival, nous accueillons un nouveau public, très jeune, qui ne vient pas spécifiquement dès le départ pour découvrir le patrimoine d’Arras.
Indirectement, la Grand-Place, le Beffroi, la Citadelle ont été découverts grâce au Festival. Petit à petit, le bouche-à-oreille a fonctionné, et ces jeunes ont envie de revenir en dehors du festival ».

Autre public, autre manifestation de grande ampleur : l’Arras Film Festival. Initié par Éric Miot et Nadia Paschetto d’abord sous la forme de rétrospective, puis sous le titre « Le cinéma de… ». Il devient en 2003 « L’autre cinéma ». Le public est conquis, même si on le qualifie à l’époque de trop élitiste.
C’est en 2009, sous un nom plus grand public, que le festival prend de l’ampleur. Il est reconnu par l’État, l’Europe, et devient un lieu privilégié pour des films inédits qui y trouvent la bonne occasion de trouver des distributeurs : « Nous défendons des auteurs, nous les accompagnons dans leurs démarches auprès des distributeurs… il y a des films qui naissent maintenant à Arras ! » présente ainsi Éric Miot en conférence de presse.
La ville devient même le lieu choisi de plusieurs longs métrages récents : « Pas son genre », de Lucas Belvaux, l’histoire d’un professeur de philosophie nommé à Arras qui tombe amoureux d’une jeune coiffeuse, ou encore le mois prochain la sortie du film « En mai, fait ce qu’il te plait » de Christian Carion avec en tête d’affiche les françaises Mathilde Seigner et Olivier Gourmet. L’histoire se déroule en mai 1940 : c’est le moment du grand exode, des milliers de Français fuient l’armée allemande et quittent le Nord de la France pour des terres moins hostiles.

La valorisation du territoire est aussi liée à la création
Il y a quelques années, l’organisme a été fondée pour valoriser la région. Il s'agit de Pictanovo, qui regroupe plus de 300 techniciens et tout autant de comédiens, « Avoir un festival comme celui d’Arras est important, car très ouvert sur l’Europe, nous explique Emmanuelle Demolder, responsable de la production des images. Nous discutons avec des producteurs, notamment pendant le festival. Ils sont choisis ensuite en fonction de leur scénario et au niveau économique, pour connaître les retombées que peut apporter ce projet ». Parmi les références de l’association : la série « P’tit Quinquin », les films « Discount » et « La prochaine fois je viserai le cœur », où quelques images ont été tournées au sein de la Citadelle d’Arras. L’Arras Film Festival 2015 aura lieu du 6 au 15 novembre 2015 dans les principaux lieux de projection de la ville (CinéMovida et Casino).


Votre avis


Web tv

Vidéos associées



Lire aussi

1 - Une Histoire d'Arras

C’est un après-midi d’automne, comme il y en a eu d’autres. Celui-ci veut bien se distinguer : le soleil surplombe le ciel bleu artésien ...

2 - Les Trente Glorieuses d’Arras, avec à sa tête Guy Mollet

La guerre terminée, c’est un professeur d’anglais au collège, socialiste, qui sera élu maire en mai 1945 : Guy Mollet. Une figure embl& ...

3 - Léon Fatous, l’Arrageois

Il est un Arrageois pur souche, de parents et grands-parents originaires de Dainville : Léon Fatous était le premier adjoint de Guy Mollet, qui dé ...

4 - Jean-Marie Prestaux, Jean Marie Vanlerenberghe et Frédéric Leturque : trois noms, et un changement de dimension

Arras depuis l’après-guerre a donc vécu avec deux maires provenant du parti socialiste pendant près de 50 ans. Le moment choisi pour que, en ...

5 - La place des Héros aux piétons : une révolution

Ces chantiers, lancés par Jean-Marie Vanlerenberghe, se poursuivent encore et toujours avec ce qui va totalement séduire et changer l’image du c&oel ...

6 - L’ASSEMCA : le premier protecteur du patrimoine de la ville

Depuis 1975, l’ASSEMCA (Association pour la Sauvegarde et la Mise en valeur du Centre d’Arras) veille sur le patrimoine architectural comme nous le raconte ...

8 - Les carrières Wellington : une histoire peu commune sous les entrailles de la ville

Ce monument, qui a vu le jour en 2007, raconte l’histoire des troupes britanniques, retranchées dans ces carrières à 20 mètres sous ...

9 - Le beffroi d’Arras : monument préféré des Français 2015

C’est un succès qui en a surpris plus d’un : au début de l’été la ville confirme sa participation au concours organis&eacu ...

10 - Un maire omniprésent

Frédéric Leturque est un Arrageois de naissance. Après des études en marketing communication d’entreprise, puis en communication ...

Réalisé avec l'aide du ministère de la Culture et de la Communication

ministère de la Culture et de la CommunicationLes Portails du sud du Nord Pas de Calais