NEWSLETTER


Inscrivez-vous à la Newsletter pour recevoir les actualités de votre portail de territoire :


 


Sur le terrain

ARRAS : Le traité de Versailles, le centenaire de la signature du 28 juin au 11 novembre 2019, au Musée des beaux‐Arts.

Le château de Versailles, la Région Hauts‐de‐France et la Ville d’Arras commémorent la signature du traité de paix entre les Alliés et l’Allemagne dont la galerie des Glaces a été le théâtre en 1919, il y a tout juste 100 ans.


Par François Greuez

Partager cette actualité avec mes ami(e)s sur Facebook !

La signature historique sera évoquée au Musée des beaux‐Arts d’Arras, à travers une vingtaine d’œuvres réunies dans une scénographie qui replongera le public dans l’Histoire et dans les lieux de cet événement, le château de Versailles et sa galerie des Glaces. Documents, photographies et films permettront de comprendre pourquoi Versailles fut choisi pour accueillir cette journée et comment la galerie des Glaces retrouva, le temps d’une journée, son rôle diplomatique.


Après les expositions « Roulez Carrosses ! », « Le château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre» et Napoléon ‐ Images de la Légende » qui ont rassemblé plus de 500 000 visiteurs, le partenariat entre l’Établissement public du château de Versailles, la Région Hauts‐de‐France et la Ville d’Arras se poursuit avec une nouvelle exposition inédite, «Le traité de Versailles, le centenaire de la signature».

Depuis 2011, la Région, la ville d’Arras et le château de Versailles ont mis en place un partenariat de grande ampleur permettant la présentation au musée des Beaux‐Arts d’Arras, d’œuvres provenant des collections versaillaises, rassemblées dans de grandes expositions événements créées spécifiquement à cette occasion. Cette collaboration culturelle signée pour 10 ans s’est déjà traduite par trois manifestations : « Roulez Carrosses ! » (17 mars 2012 – 10 novembre 2013), « Le château de Versailles en 100 chefs‐d’œuvre » (27 septembre 2014 – 20 mars 2016) et « Napoléon – Images de la Légende » (7 octobre 2017 – 4 novembre 2018).

Ces expositions accompagnées d’actions éducatives et culturelles ont fait découvrir au plus grand nombre l’histoire et le patrimoine du château de Versailles et ont rassemblé plus de 500 000 visiteurs.

Une nouvelle étape de ce partenariat s’ouvre avec « Le Traité de Versailles – Le centenaire de la signature », une évocation inédite du Traité de Versailles, du 28 juin au 11 novembre 2019, deux dates symboliques de notre histoire. Cette présentation inédite s’inscrira pleinement dans les programmes de commémorations du centenaire de la Première Guerre Mondiale réalisés par la Ville d’Arras et la Région Hauts‐de‐France depuis 2014.

Cette collaboration répond à des objectifs partagés par les trois partenaires. Ainsi, pour le château de Versailles, cette initiative de décentralisation culturelle de grande ampleur, s’inscrit dans la mission de l’Établissement public de démocratisation et de valorisation du patrimoine historique et universel dont il a la charge. Ceci croise, par ailleurs, les enjeux de la politique culturelle de le Région Hauts-de-France : l’accessibilité à tous les publics de la culture et du patrimoine, l’aménagement équilibré des territoires et le développement de l’attractivité de la région. Enfin, ce projet s’inscrit pleinement dans la politique culturelle de la ville d’Arras qui s’attache à rendre la vie culturelle accessible et ouverte à tous sur le territoire. Ces expositions favorisent également l’élaboration d’actions éducatives et culturelles innovantes dans un objectif d’appropriation culturelle par le public, et notamment les scolaires.


L’exposition s’attache à présenter le moment de la signature du traité autour de la pièce emblématique de l’événement, le bureau de l'ébéniste Charles Cressent, appartenant aux collections du château de Versailles, sur lequel a été signé le texte. Ce meuble est d’autant plus important, puisqu’il est la dernière trace de cette signature, le traité ayant disparu pendant la Seconde Guerre mondiale.

En guise d’introduction, seront rappelées les heures politiques, glorieuses ou sombres, de la galerie des Glaces depuis l’Ancien Régime jusqu’au XXe siècle, à travers plusieurs tableaux évocateurs : la réception de l’ambassadeur de Perse le 19 février 1715 par Nicolas de Largillière (1656‐1746) et Ambulance prussienne dans la galerie des Glaces en 1870 de Victor Bachereau‐Reverchon (1842‐1885) dans cette même galerie au plus fort du conflit franco‐prussien.
 

Les relations souvent conflictuelles entre l’Empire allemand et la France depuis le XVIIe siècle et les choix symboliques faits par chaque nation pour marquer alternativement sa victoire l’une sur l’autre seront également abordées. La propagande que délivre le décor de la voûte de la galerie des Glaces s’inscrit, dès sa conception, dans cette relation particulière entre les deux nations. Les campagnes de Louis XIV outre‐Rhin, et notamment le sac du Palatinat en 1689, ont marqué les esprits, et le ressentiment ne quittera plus l’âme allemande. Sous l’Empire, la victoire d’Iéna sur les Prussiens et l’entrée de Napoléon à Berlin en 1806 poussent l’humiliation à son paroxysme. La proclamation de l’Empire allemand en 1871 aurait pu être la dernière étape de cette relation marquée de symboles, mais la victoire alliée en 1918, après les souffrances et les dégâts provoqués par la Première Guerre mondiale, ouvre une nouvelle page de cette histoire commune. Versailles est ainsi choisi par la France, organisatrice de la Conférence de la Paix, pour la signature de ce traité historique.

La présentation d’un buste de Napoléon Ier, appartenant aux collections du Musée des beaux‐Arts d’Arras, défiguré par le bombardement du musée en juillet 1915, et qui fut présenté dès 1916 à Paris au musée du Petit Palais à l’exposition des Œuvres d’art mutilées ou provenant de régions dévastées par l’ennemi, vient rappeler quel a été le sort d’Arras et de la région pendant le premier conflit mondial.

À partir de la riche iconographie conservée au château de Versailles : tableaux, photographies contemporaines, plans et documents d’archives, la préparation de la galerie pour la journée du 28 juin est relatée. Le bureau prendra place au centre de la salle, associé au fauteuil, de style néo‐Louis XIV, prêté par le Mobilier national. L’acte de la signature sera symboliquement évoqué par un porteplume en or à décor émaillé, sur lequel est gravé le mot PAX. Il a été réalisé dès 1919 pour commémorer la signature du traité mais n’a pas servi le 28 juin. Récemment offert au château de Versailles, il sera présenté pour la première fois au public. Une huile sur toile de Léopold Delbeke rend la vision de la galerie encore vide dans l’attente de l’événement. Le public entrera véritablement dans le décor de 1919, grâce à une projection de cette œuvre commémorative.

Les différents protagonistes réunis derrière la longue table au moment précis de la signature allemande reprendront vie à partir d'une animation audiovisuelle du tableau conservé à l’Impérial War Museum de Londres, de William Orpen, peintre officiel de l’événement.

Enfin, le public pourra prolonger son expérience en s'immergeant dans les documents liés à l’organisation de cette journée : plans, photographies, billets d’accès à la cérémonie … et en parcourant titres et articles des différents journaux régionaux, nationaux et étrangers.

Dans la dernière partie de l'exposition, des élèves de 3ème du collège Jean Monnet d’Aubigny‐en‐Artois, de la classe de 1ère européenne du lycée Guy Mollet et de la classe de 1ère L du lycée Gambetta‐Carnot à Arras, ont été invités à travailler pendant toute l’année scolaire sur la restitution et la transmission de cet événement historique, à travers trois grands thèmes : la réception du traité dans la presse locale, le traité et ses conséquences géopolitiques à l’échelle mondiale et la présence des gueules cassées à la cérémonie. À l’issue de visites du musée, de rencontres avec les commissaires et le scénographe de l’exposition et d’une visite au château de Versailles, les élèves clôtureront la présentation par le rendu de leurs travaux.
 

Web tv

Vidéo associée

Pas de vidéo pour cet article

Retour

Autres articles :

ARRAS : Ciné à l'ouest, les maternelles font leur cinéma.
Par François Greuez
La médiathèque Verlaine, en partenariat avec l'Education Nationale, organise chaque année un festival de cinéma par et pour les enfants des quartiers Ouest d'Arras, près de 400 enfants et 150 adultes sont touchés par cette opération organisée au Pharos.

Le 22 Mai 2019

FRESNES LES MONTAUBAN : L'Aquarium s'est refait une nouvelle jeunesse.
Par François Greuez
Quatre investisseurs ont décidés de reprendre l'Aquarium, ce bâtiment se trouvant juste en face de la D950, redevient un complexe mutli-services.

Le 21 Mai 2019

ARRAS : [Re] Découvrez votre ville, organisé par Arras Pays d’Artois Tourisme
Par François Greuez
Arras Pays d’Artois Tourisme organise du 3 au 7 juin une série de visites guidées sous la houlette d’un guide conférencier. Partez chaque soir à 18h30, à la (re)découverte de l’histoire d’Arras et de ses multiples visages.

Le 21 Mai 2019

BREBIERES : La déchetterie est définitivement fermée.
Par François Greuez
Osartis-Marquion a reçu pour injonction de la part e la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de procéder à de gros travaux de mise aux normes de la déchetterie de Brebières..

Le 17 Mai 2019

ARRAS : Les rendez vous de l’entrepreneuriat Jeune & Audacieux de passage à l'université d'Artois.
Par François Greuez
De passage à Arras, « Les rendez vous de l’entrepreneuriat Jeune & Audacieux » est l'occasion d'aller à la rencontre des adolescents et jeunes adultes afin au développement leur créativité et leur esprit d'initiative.

Le 16 Mai 2019